31 janvier 2011

Chapître 18 - Paris, 28 novembre 2010.

- Alors, on a fini de bouder ?  Mm, ma petite chérie soupe-au-lait,  tu me plais tu me plais.

Assis sur Le bord du lit, Antise se pencha sur le visage de sa femme  qui émergait des draps défaits. Cheveux décoiffés et yeux mi-clos, elle était aussi belle que la veille. La lumière du matin filtrait à travers les rideaux . Tu m’énerves, protesta mollement Claudia , en se laissant embrasser.  Antise sourit. 

Elle se redressa sur ses coudes  et ouvrit un peu plus les yeux, clignant à cause de la lumière :

-Tu crois qu’on sera comme eux un jour ?

-Impossible. Je ne fume pas la pipe et tu ne sais pas faire de gâteau au chocolat.

Claudia saisit l’oreiller et le lança sur Antise.

Antise l’évita et sortit de la chambre.

-le café est prêt ! lança-t-il en descendant les escaliers.

Malgré l’heure avancée, la pièce était sombre et Antise alluma la lumière. Dehors, le jour se levait difficilement et une chape de nuages noirs menaçait déjà. Antise s’assit dans le  canapé du salon. Décidément il n’avait pas de chance avec ses jours de congé. Il les posait au hasard et le temps lui souriait rarement. Avec Claudia qui allait mettre une ou deux heures à émerger, petit déjeuner et maquillage compris, ils n’étaient pas prêt de sortir se promener… En posant sa 3ème tasse de café sur la petite table, il poussa les manuscrits de Claudia, et ses yeux s’attardèrent sur « une tragédie grecque » qui était sur le dessus de la pile. Un peu de lecture ne lui ferait pas de mal…

Posté par Zaorah à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Chapître 18 - Paris, 28 novembre 2010.

Nouveau commentaire