31 janvier 2011

Chapître 21 - Troie, 400 av JC.

Il avait marché tout le jour, et était parvenu au sommet, sans savoir pourquoi il avait choisi la montagne pelée plutôt que l’autre. Il ne s’était pas trompé. Le temple avait été détruit, ou sa construction avait été interrompue ; la pierre avait noirci par endroits, et les rainures des colonnes étaient couvertes d’une poudre écailleuse. Privé d’entablement et de fronton, il béait, ouvert, à l’air du crépuscule.  L’homme sentit quelque chose d’étrange dans l’emplacement qui avait été choisi pour la structure, sans pouvoir se... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 22:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2011

Chapître 20 - Thèbes, 400 av JC

Le soleil était clair et froid sur la cité de Thèbes engourdie par l’hiver.  Quelques oiseaux tournoyaient entre les colonnes de la coupole du palais de Jesam,  se découpant avec netteté dans la lumière crue du matin. Phaidimè gagna précipitamment  sa chambre et sortit de la grande armoire de chêne la tunique de lin blanc qu’elle n’avait pas portée depuis quatre ans. Elle l’enfila et fut prise d’un sentiment familier. Elle regarda son reflet pour la première fois depuis de longues années, comme si elle découvrait une... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 22:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2011

Chapître 19 - Thèbes, 400 av JC

Les années avaient passé. Phaidimè s’usait comme la corde d’un arc laissé sans usage.  La séparation d’avec Darius avait laissé son âme en jachère. Il lui semblait qu’un voile la séparait de la cité qui continuait à vivre, bouillante et désordonnée, mais aussi de ses frères, et même de la succession des pluies et des chaleurs qui accablaient la Cité.  Il lui arrivait d’éprouver quelques tensions, à de rares occasions, lorsque le peuple de Thèbes se soulevait, mais c’étaient comme de vagues remous sur une mer intérieure. Son... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 22:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2011

Chapître 18 - Paris, 28 novembre 2010.

- Alors, on a fini de bouder ?  Mm, ma petite chérie soupe-au-lait,  tu me plais tu me plais. Assis sur Le bord du lit, Antise se pencha sur le visage de sa femme  qui émergait des draps défaits. Cheveux décoiffés et yeux mi-clos, elle était aussi belle que la veille. La lumière du matin filtrait à travers les rideaux . Tu m’énerves, protesta mollement Claudia , en se laissant embrasser.  Antise sourit.  Elle se redressa sur ses coudes  et ouvrit un peu plus les yeux, clignant à cause de la... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 22:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2011

Chapître 17 - Finistère, 16 novembre 2010.

A mesure que les jours avançaient et alors que rien dans le monde réel et extérieur n’avait bougé, Yesirah sentit l’espoir affluer dans sa poitrine, à l’endroit du plexus solaire Une chaleur irradiait la zone, elle sentit l’excitation lui ouvrir des perspectives qu’elle n’avait pas vues auparavant. Pourquoi renoncer sans essayer de le voir ? Elle avait inondé son portable de messages durant une longue année ; elle avait écrit un roman et le lui avait posté ; mais elle n’avait jamais rien prouvé de regard à regard, de chair à... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 22:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2011

Chapître 16 - Finistère, 11 novembre 2010

Yesirah se recroquevilla sous la couette chaude. Une torpeur délicieuse parcourait ses membres encore endormis. Prolonger le plus longtemps possible les vapeurs euphorisantes….Le rêve était net. Elle était à l’étranger, dans un pays de falaises et de mers. Une foule bigarrée marchait sur la route, dépassait des vendeurs de tissus. Tous avançaient  dans la même direction. C’était un flux continu. Il y avait des familles, des couples, des gens seuls, des vieillards et des enfants. Elle était avec son  mari et son enfant. Ils... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 21:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2011

Chapître 15 - Finistère, hiver 2009. Automne 2010.

Yesirah s’était recluse de jours en jours. De retour au pays de la mer et des brumes, qui l’avait vu naître, elle s’était pliée à la mélancolie des saisons, au silence des dunes, à l’opacité de l’eau grise. Quelques jours après sa rupture d’avec Darkam, elle avait plongé dans la mer froide, en quête du silence parfait, là où le remords n’atteint pas les tympans.  La morsure initiale du froid avait produit l’effet brutal qu’elle recherchait.  Elle avait nagé longtemps. Les membres raidis s’étaient déliés à mesure que la... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 21:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2011

Chapître 14 - Fresnes, Juillet 2007.

Ils avaient tenté de se promener, se débattant avec la chape de tristesse qui les accablait malgré eux. Ils étaient assis côte à côte dans la voiture garée. Il se tourna vers elle et lui dit d'un ton neutre: - M’aimes-tu. Veux-tu vivre avec moi. Les yeux de Yesirah s’emplirent de larmes et tandis que tout son être désirait crier oui, sa peur la domina et la jeta en arrière. Elle détourna le visage vers la vitre. - Je ne peux pas… Elle ne mentait pas. Une idée obscure la paralysait. Elle savait que c'était la dernière fois... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 21:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2011

Chapître 13 - Fresnes, juin 2007.

En se remémorant la scène, Yesirah se rendit compte de ce qu’elle n’avait pas voulu voir alors. La tendresse qui suivit cette violence fut brève et n’avait plus rien à voir avec celle du début. Une forme de possession avait pris sa place. Yesirah frissonna. Elle aimait être possédée par cet homme et donnerait n’importe quoi… Yesirah reprit le fil des événements et se demanda pourquoi elle n'avait pas quitté  Darkham plus tôt. Avec le recul, il était évident qu’Antise souffrait ; la Yesirah d’alors le sentait mais, aveuglée... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2011

Chapître 12 - Paris, juin 2007.

Il l’accueillit d’un sourire franc qui découvrait ses larges dents. Il l’embrassa distraitement sur les lèvres. –Mm, bella, fit-il en reculant légèrement pour admirer sa tenue. Il était à peine 19h, l’Hôtel du Nord était presque vide. Un couple d’une quarantaine d’années occupait une petite table carrée et l’homme, qui ne détachait pas son regard de la femme, tenait sa main dans la sienne, au centre de la nappe blanche. Entre les tables vides, les meubles et le personnel, ils formaient un œil où se concentrait une tension magnétique,... [Lire la suite]
Posté par Zaorah à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]